Pathologies des glandes salivaires
Les pathologies

Les pathologies des glandes salivaires sont extrêmement variées. On les divise en 2 catégories :

  • les pathologies tumorales bénignes et malignes (cancer)
  • les pathologies non tumorales le plus souvent liées à la présence de calculs (lithiases) dans les canaux d’évacuation des glandes salivaires

Les pathologies tumorales

La parotide est la glande la plus fréquemment touchée par les tumeurs. Dans la plupart des cas (80%), il s’agit d’une tumeur bénigne et dans 20% des cas, il s’agit d’une tumeur maligne cancéreuse.

Les tumeurs de la glande sous-maxillaire sont plus rares mais plus souvent malignes (50% des cas). La glande sublinguale est moins touchée par la pathologie tumorale.

Les tumeurs des glandes salivaires accessoires sont rares mais très souvent malignes (70% des cas).

Traitement

  • Une chirurgie d’ablation de la glande (avec analyse microscopique pendant l’intervention ou analyse extemporané) pour toutes les tumeurs des glandes salivaires (bénignes ou malignes)

Attention : Pour toutes les chirurgies de la glande parotide, il est nécessaire de repérer et de préserver, tant que possible, le nerf facial (nerf de la mobilité du visage). Ce repérage peut être facilité par la mise en place d’un neurostimulateur sur le visage durant l’intervention.

Si la tumeur est maligne (cancéreuse), le traitement comportera en plus de l’ablation de la glande :

  • l’ablation des ganglions cervicaux de proximité (curage ganglionnaire)
  • +/- radiothérapie post-opératoire
  • +/- chimiothérapie post-opératoire

Tous les prélèvements effectués pendant l’intervention sont envoyés en anatomopathologie pour effectuer une analyse microscopique approfondie, permettant ainsi de caractériser la nature de la tumeur et d’adapter le traitement en fonction des résultats.

Pour toutes les pathologies cancéreuses, la proposition de traitement est faite lors d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire dédiée (RCP).

Les pathologies non tumorales

  1. Pathologie lithiasique (calcul)

Les glandes parotides, sous-maxillaires et sub-linguales, peuvent fabriquer des calculs (lithiases). Quand ces calculs s’enclavent dans les canaux excréteurs, les glandes augmentent de volume en devenant douloureuses, on parle alors de hernie salivaire quand le gonflement ne dure que quelques heures ou de colique salivaire quand le gonflement et la douleur persistent.

Si ces calculs ne s’évacuent pas ou ne se mobilisent pas spontanément, la salive bloquée s’infecte dans la glande réalisant une infection de cette dernière (parotidite ou sous-maxillite).

Traitement

  • ablation de la glande ou du calcul sous anesthésie locale ou générale
  • ablation du calcul par les voies naturelles via un endoscope = sialendoscopie
  • fragmentation par des ondes de choc = lithotripsie extracorporelle
  1. Pathologies infectieuses (sialites)

On parle de parotidite pour l’infection de la glande parotide et de sous-maxillite pour l’infection de la glande sous-maxillaire.

Traitement

  • de la cause
  • antibiothérapie
  • +/- sialogogue
  • antalgique
  1. Pathologie générale des glandes salivaires (sialoses)

Les glandes salivaires peuvent être touchées par les maladies générales (dites maladies de système) le plus souvent auto-immunes. Elles sont alors souvent augmentées de volume en fonctionnant paradoxalement moins bien.

Les pathologies les plus connues sont le syndrome de Gougerot-Sjögren appelé aussi « syndrome sec » avec diminution de production salivaire, le lupus ou autres maladies systémiques.

Traitement

  • traitement de la maladie générale
  • antalgique
  • sialogogue (sécréteur de salive)
  • +/- antibiotique