Pathologies des glandes salivaires
Généralités

Les glandes salivaires sont des glandes situées au niveau de la face.

Elles permettent la sécrétion de 1L de salive par jour afin d’assurer 3 fonctions :

  • humidifier et lubrifier la bouche
  • protéger la cavité bucco-dentaire par ses propriétés anti-bactériennes (muqueuse, dents)
  • préparer la digestion des aliments

Source : Georges Dolisi

Il existe des glandes salivaires :

  • « principales » (92% de la salive) = les glandes parotides (devant l’oreille et dans la joue), les glandes sous-maxillaires (sous la mâchoire), les glandes sublinguales (sous le menton). Elles possèdent chacune un canal excréteur de la salive entre la glande et la cavité buccale
  • « accessoires » (8% de la salive), de petite taille et dispersées dans toute la muqueuse de la bouche.

Motifs de consultation

Les symptômes qui doivent faire consulter :

  • augmentation de volume de la glande
  • masse irrégulière palpée au niveau de la glande
  • rougeur de la peau en regard de la glande
  • évacuation de pus au niveau du canal excréteur dans la bouche
  • douleur en regard de la glande lors de l’alimentation ou douleur spontanée
  • paralysie faciale
  • boule au niveau du cou
Examens complémentaires

En fonction de la pathologie suspectée, plusieurs examens complémentaires pourront être demandés en consultation par votre médecin traitant ou votre ORL :

  • bilan sanguin
  • échographie cervicale
  • cytoponction de la glande
  • scanner cervico-facial avec injection d’iode
  • IRM cervico-faciale avec injection de gadolinium
  • TEP scanner (Tomographie par Emission de Positon)
Les pathologies

Les pathologies des glandes salivaires sont extrêmement variées. On les divise en 2 catégories :

  • les pathologies tumorales bénignes et malignes (cancer)
  • les pathologies non tumorales le plus souvent liées à la présence de calculs (lithiases) dans les canaux d’évacuation des glandes salivaires

Les pathologies tumorales

La parotide est la glande la plus fréquemment touchée par les tumeurs. Dans la plupart des cas (80%), il s’agit d’une tumeur bénigne et dans 20% des cas, il s’agit d’une tumeur maligne cancéreuse.

Les tumeurs de la glande sous-maxillaire sont plus rares mais plus souvent malignes (50% des cas). La glande sublinguale est moins touchée par la pathologie tumorale.

Les tumeurs des glandes salivaires accessoires sont rares mais très souvent malignes (70% des cas).

Traitement

  • Une chirurgie d’ablation de la glande (avec analyse microscopique pendant l’intervention ou analyse extemporané) pour toutes les tumeurs des glandes salivaires (bénignes ou malignes)

Attention : Pour toutes les chirurgies de la glande parotide, il est nécessaire de repérer et de préserver, tant que possible, le nerf facial (nerf de la mobilité du visage). Ce repérage peut être facilité par la mise en place d’un neurostimulateur sur le visage durant l’intervention.

Si la tumeur est maligne (cancéreuse), le traitement comportera en plus de l’ablation de la glande :

  • l’ablation des ganglions cervicaux de proximité (curage ganglionnaire)
  • +/- radiothérapie post-opératoire
  • +/- chimiothérapie post-opératoire

Tous les prélèvements effectués pendant l’intervention sont envoyés en anatomopathologie pour effectuer une analyse microscopique approfondie, permettant ainsi de caractériser la nature de la tumeur et d’adapter le traitement en fonction des résultats.

Pour toutes les pathologies cancéreuses, la proposition de traitement est faite lors d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire dédiée (RCP).

Les pathologies non tumorales

  1. Pathologie lithiasique (calcul)

Les glandes parotides, sous-maxillaires et sub-linguales, peuvent fabriquer des calculs (lithiases). Quand ces calculs s’enclavent dans les canaux excréteurs, les glandes augmentent de volume en devenant douloureuses, on parle alors de hernie salivaire quand le gonflement ne dure que quelques heures ou de colique salivaire quand le gonflement et la douleur persistent.

Si ces calculs ne s’évacuent pas ou ne se mobilisent pas spontanément, la salive bloquée s’infecte dans la glande réalisant une infection de cette dernière (parotidite ou sous-maxillite).

Traitement

  • ablation de la glande ou du calcul sous anesthésie locale ou générale
  • ablation du calcul par les voies naturelles via un endoscope = sialendoscopie
  • fragmentation par des ondes de choc = lithotripsie extracorporelle
  1. Pathologies infectieuses (sialites)

On parle de parotidite pour l’infection de la glande parotide et de sous-maxillite pour l’infection de la glande sous-maxillaire.

Traitement

  • de la cause
  • antibiothérapie
  • +/- sialogogue
  • antalgique
  1. Pathologie générale des glandes salivaires (sialoses)

Les glandes salivaires peuvent être touchées par les maladies générales (dites maladies de système) le plus souvent auto-immunes. Elles sont alors souvent augmentées de volume en fonctionnant paradoxalement moins bien.

Les pathologies les plus connues sont le syndrome de Gougerot-Sjögren appelé aussi « syndrome sec » avec diminution de production salivaire, le lupus ou autres maladies systémiques.

Traitement

  • traitement de la maladie générale
  • antalgique
  • sialogogue (sécréteur de salive)
  • +/- antibiotique